Chronique de septembre 2020 Le rêve de John Ballentine (La maison du Docteur Edwardes, partie 2)

La dernière demi-heure du film est entièrement consacrée au rêve que John Ballentine vient de faire au cours de sa nuit passée chez le Dr Brulov, l’ancien psychanalyste du Dr Petersen chez qui les deux fugitifs sont venus trouver refuge.


Nous assistons, intrigués, aux efforts conjugués des Dr Brulov, Petersen et Murchison pour interpréter ce rêve long, riche, complexe et très significatif… que voici :

« Il y avait des myriades d’yeux peints sur des tentures noires. Cela se passait dans une maison de jeux. Des oreilles étaient montées sur des métronomes qui balançaient sur les tables de jeux. Un homme coupait les tentures (et donc les yeux) à l’aide d’une immense paire de ciseaux. Soudain, une femme est entrée, à peine vêtue, elle a fait le tour de la salle et a embrassé tout le monde. Elle est venue à ma table. Un homme barbu était également assis à cette table. Je lui donnais les cartes et j’ai retourné le 7 de trèfle. Il a dit : « Ça fait 21, j’ai gagné ! », et quand il a retourné son jeu, toutes les cartes étaient en blanc ! Alors le propriétaire est entré et l’a accusé de tricher, il avait un linge blanc autour du visage et criait : « Cette maison m’appartient, et si je vous reprends à tricher, je vous fais votre affaire ! » Juste après, l’homme à la barbe se trouvait sur le toit penché d’une grande maison, avec des skis aux pieds ; je lui criais de faire attention… il est alors passé par-dessus bord, lentement, sans que ses pieds touchent par terre. Ensuite, j’ai revu le propriétaire : il se cachait sur le toit, derrière une grosse cheminée et avait une petite roue à la main, complètement déformée. Il a laissé tomber la roue sur le toit. Tout d’un coup, je courrais et j’ai entendu des battements au-dessus de ma tête. J’ai vu l’ombre d’une paire de grandes ailes, elles me poursuivaient et elles m’ont rattrapé quand je suis arrivé au bas de la descente ».

C’est le meurtrier lui-même, le Dr Murchison, qui apportera la touche finale à l’interprétation de ce rêve, interprétation fondée tant sur l’association autour de signifiants autoréférencés (ASA) — en totale conformité avec la méthode freudienne — que sur le décodage de symboles (DS) — plus conforme à la méthode jungienne. Signifiants et symboles constituant les deux principaux types de représentations mentales générés par le travail du rêve.


Je fête ce mois-ci ma centième chronique !

À raison de 10 chroniques par an, cette aventure a donc débuté il y a très exactement 10 ans.

Vous êtes à peu près 300 à recevoir ma Newsletter chaque mois.

Je vous remercie pour votre fidélité, pour me faire l’amitié de me lire... et vous fixe rendez-vous dans 10 ans !


Version imprimable de cet article Version imprimable
© Roland Pec | | Plan du site |

Réalisation : Mieux-Etre.org